levisiteur.be: fiche descriptive Page vue 25X   ...
  ...
  ...

Le bois des campes

      Pages et liens associĂ©s
(photos, vidéos, textes ...)
Adresse(s):
Li noĂ»ve vĂ´ye , 0, 4190    Vieuxville (   Vieuxville ) (    Ferrières -    Liège -    Wallonie -    Belgique )
Catégorie(s):
   Lieux historiques 
(   Lieux historiques    Patrimoine paysager    Patrimoine naturel    Patrimoine    CatĂ©gories)
.
Informations

( Vieuxville, Li noûve vôye)

( Vieuxville, Li noûve vôye)

( Vieuxville, Li noûve vôye)

( Vieuxville, Li noûve vôye)

( Vieuxville, Li noûve vôye)

( Vieuxville, Li noûve vôye)

( Vieuxville, Li noûve vôye)

( Vieuxville, Li noûve vôye)
LA FORTERESSE RUINEE DE LOGNE

Remontant à une origine très ancienne dont l'existence est attestée dès le VIème siècle, la forteresse occupe un
site stratégique remarquable, au confluent de l'Ourthe et de la Lembrée, probablement utilisé dès l'époque romaine
pour y établir un Castrum, ou camp fortifié.
Propriété de la Principauté abbatiale de Stavelot - Malmedy dès 862, le château devint une pièce maîtresse du
système de défense de l'abbaye, notamment durant l'époque des invasions normandes.
En 1133, le Prince Abbé WIBALD (1130-1158), le fit reconstruire, créa le village et obtint de l'Empereur le droit d'y
établir un marché. Initialement appelé noval villa par WIbald, le nom évolua très rapidement en Vivilhe, Viel
Ville, ... et finalement Vieux - Ville.
Après de multiples péripéties, le domaine advint à la Famille de la Marck, de sinistre réputation par la terreur
qu'elle fit régner (meurtres, rapines, brigandages, ...).
Les de la Mark, en possession de Bouillon et de Logne, soutenus par François Ier, eurent l'audace de défier Charles -
Quint.
La réaction de ce dernier fut immédiate: le 20 mars 1521 ses troupes sous la direction de Henri de Nassau, font le
siège du château et réduisent à néant le village. Douze canons, installés sur le plateau de la rive droite
(Herbet) tirent sur la citadelle et huit des campagnes de Vieuxville. Le 1er mai 1521, les derniers défenseurs se
rendent. Ceux qui n'ont pu s'enfuir sont, selon les traditions de l'époque, pendus aux créneaux restants. Par ordre de
Charles-Quint, le domaine fut restitué aux abbés de Stavelot et les fortifications détruites. Ses moellons furent
utilisés pour construire ou reconstruire les bâtiments postérieurs: moulin de Vieuxville, Ferme de la Bouverie, ...
Ultérieurement, les ruines servirent encore de refuge aux multiples pillards qui, jusqu'à la fin de la Révolution de
1789, assurèrent la mauvaise réputation des habitants du coin: les Lognards !.

LIEU-DIT BOIS DES CAMPES

Situation: versant droit de la Lembrée, entre Vieuxville et Logne, actuellement boisé en Pins Noirs.

Une partie de l'artillerie étant installée dans les campagnes de Vieuxville (en fait sur le plateau surplombant le
village - rive droite du cours d'eau), on peut penser que l'appellation désigne l'un des campements de l'armée
envoyée par Charles - Quint.
L'emplacement des autres bivouacs n'a pas été conservé par la toponymie. On peut néanmoins imaginer que l'un de ces
derniers se situait sur la rive gauche de l'Ourthe, face à SY, où la roche a conservé la trace de grands feux
(importantes traces rouges sur un aplomb rocheux près du pont du chemin de fer).

( Vieuxville, Li noûve vôye)