levisiteur.be: fiche descriptive Page vue 26X   ...
  ...
  ...

La croix Deum

      Pages et liens associ√©s
(photos, vidéos, textes ...)
Adresse(s):
Croix Deom , 1, 4190    Ferri√®res (   La Rouge Mini√®re ) (    Ferri√®res -    Li√®ge -    Wallonie -    Belgique )
Catégorie(s):
   Croix 
(   Croix    Monuments religieux    Patrimoine monumental    Patrimoine    Cat√©gories)
.
Informations

( Ferrières, Croix Deom 1)

( Ferrières, Croix Deom 1)

( Ferrières, Croix Deom 1)
Li creu d'so l'√Ęh'mince

Au sommet du village (altitude 325 m), sur le talus de droite en montant, encadré de hêtres séculaires, dont
certains sont mal en point, se dresse un modeste monument. Il est composé d'un socle élancé en pierre de taille
surmonté d'une croix.
Pendant longtemps ce petit monument n'a eu comme voisin que la maison Umans située en face sur le bord gauche de la
route. Actuellement, il est entouré d'une profusion de constructions récentes.
Les habitants du village l'appellent " Li Cre√Ľ d'so l'√Ęh'mince " tandis que les professeurs de Saint-Roch le nomment
" La Croix Deum ". Il porte en effet l'inscription : " Du à H. Deum et P. Schmits 1880 ". Le monument est donc
centenaire. Remarquons en passant l'orthographe de " Du " auquel il manque l'accent circonflexe.
Dans le but de remplacer une autre croix qui tombait en ruines, l'actuelle, qui est donc une croix de dévotion, a
été érigée par Hubert Deum de La Rouge Minière et Pierre Schmits, lampiste au Séminaire de Saint-Roch. Ce dernier,
surnommé " Pierre l' Allemand " était d'origine allemande et parlait un langage savoureux composé de wallon, de
fran√ßais et d'allemand. Il est mort √† Saint-Roch. La fonction de lampiste rappelle le temps o√Ļ l'√©tablissement
(comme d'ailleurs toutes les habitations) √©tait √©clair√© par le p√©trole et o√Ļ un domestique √©tait occup√©
uniquement au nettoyage des nombreuses lampes, à leur remplissage, etc ....
Les renseignements sur l'√©rection de " Li Cre√Ľ d'so l'√Ęh'mice " nous ont √©t√© fournis il y a un bout de temps par
Hubert Demarteau, un ancien de la Rouge Mini√®re. Il y √©tait n√© le 6 ao√Ľt 1866 ; il est d√©c√©d√© √† Angleur le 8 mai
1950 et son fils Augustin et inhumé à Ferrières le 11 mai. Son épouse, Julie Hakin, l'avait précédé dans la tombe
le 3 avril 1949.
Nous avons conservé le souvenir agréable de cet homme courageux, honnête et bon, toujours gai parlant un français
impeccable.
Hubert Demarteau a loué ses services à Saint-Roch pendant longtemps. Déjà, durant la guerre 14-18 il conduisait le
cheval. En effet, il assurait le ravitaillement de l'établissement en farine et autres produits en se rendant
r√©guli√®rement √† Li√®ge avec cheval et charrette. Pour m√©nager sa b√™te, il marchait le plus souvent √† c√īt√© de
celle-ci. Ce long voyage était coupé en deux. Hubert Demarteau logeait à la ferme Dohogne à Chênée. Il a conduit
également l'attelage de très nombreuses années soit pour les labours, la fenaison, la moisson, l'arrachage et la
rentrée des pommes de terre, etc ..., car de ce temps là le Petit Séminaire exploitait une ferme propre (élevage et
culture). Ajoutons aussi le transport du charbon qu'il fallait prendre √† la " gare de Saint-Roch " o√Ļ le vieux tram
l'amenait par wagons.
Hubert Demarteau est ensuite passé au travail du grand jardin durant de nombreuses années encore. C'est Pierre Gielen
qui avait pris la relève pour la conduite du cheval. Tout ceci, c'est plus de culture ni d'élevage.
Que signifie " ah 'mince " ? Il se traduit par aisance, terrain communal ; de l'ancien français " aisemance " ce qui
nous reporte √† une √©poque fort lointaine o√Ļ la coutume sur l'occupation et l'exploitation du sol √©tait tout autre
que maintenant, la population étant d'ailleurs beaucoup moins nombreuse et même clairsemée.
" A c√īt√© des domaines et de petits biens ruraux se rencontraient des √©tendues bois√©es ou couvertes de bruy√®res o√Ļ
les paysans possédaient des droits d'usage, mais non de propriété. Dès le 9e siècle, les documents les mentionnent
sous le nom de " communia ", mot latin (langue officielle de l'époque) désignant les fonds de terre propriété de la
Principauté de Stavelot-Malmedy, mais non occupées par des particuliers. " (Yernaux). Les scribes traduiront plus tard
le terme par commungnes, commoingnes, comongnes, communes et toute une variété de graphies selon le cours des temps :
aysement, ayhemens, aixhemens, aizement, arsemenche, achemence, azmence, etc.. pour arriver dans l'ancien français à "
aisemence " et dans l'ancien wallon √† " √Ęh'mince ".
Les droits d'usage s'exer√ßaient notamment dans les for√™ts o√Ļ l'on prenait le bois pour le chauffage, la construction
des habitations, la fabrication des instruments aratoires, o√Ļ l'on conduisait pa√ģtre le b√©tail, m√™me les porcs se
nourrissant de glands. La récolte de la bruyère et du genêt avait aussi son importance.
Nous nous limiterons ici car ce domaine pourrait prendre de longs développements.
Signalons que la législation communale actuelle contient une survivance des anciens droits d'usage malgré les
bouleversements apportés par l'occupation française (1795 à 1815).

ERPE