levisiteur.be: fiche descriptive Page vue 29X   ...
  ...
  ...

Le moulin Faber

      Pages et liens associĂ©s
(photos, vidéos, textes ...)
Adresse(s):
Rue Haute , 0, 6990    Hotton (   Hotton ) (    Hotton -    Luxembourg -    Wallonie -    Belgique )
Catégorie(s):
   Anciens moulins 
(   Moulins    Bâtiments d'exploitation    Patrimoine artichectural    Patrimoine    CatĂ©gories)
.
Informations
Le moulin Faber de Hotton

Le moulin de Hotton a été construit en bordure d'un bief, second bras de l'Ourthe qui a découpé une île (l'île de
l'Oneux) au coeur même de la localité. Ce moulin à eau et à farine date de 1729, millésime inscrit sur la clé de
la porte d'entrée. Il a été classé par la Commission Royale des Monuments et Sites en 1948. Son nom vient du dernier
propriétaire, monsieur Lucien Faber. Il est, depuis 1989, propriété de l'Administration Communale.
Le moulin possède deux roues: l'une en fer et l'autre en bois. Celles-ci ont un diamètre de 4m et des palettes planes.
Elles sont alimentées par en dessous, c'est à dire que l'axe de la roue se trouve théoriquement au-dessus du niveau
atteint par l'eau dans le canal d'amenée. Pour actionner les roues, le meunier ouvre les vannes de ce canal.
A l'Ă©poque, c'Ă©tait un moulin banal, ce qui signifie que les habitants Ă©taient tenus de faire moudre leurs grains au
moulin de la seigneurie et payer une taxe proportionnelle à la quantité des grains moulus.

L'intérieur du moulin comprend 4 niveaux:
- La machinerie
L'arbre pénètre dans le moulin par l'oeillard et fait tourner le rouet (grande roue). Le rouet actionne à son tour
un autre engrenage: la lanterne. Grâce à la lanterne, le mouvement vertical de rotation devient un mouvement
horizontal de rotation.
Le fonctionnement: Sur l'axe de la roue est fixé lé rouet (grande roue), sur lequel viennent s'engrener les fuseaux
de la lanterne. Celle-ci transforme le mouvement vertical de rotation en mouvement horizontal de rotation. Elle va
permettre de faire tourner la meule supérieure. La meule inférieure reste immobile: elle est dite dormante ou gisante.
La meule supérieure tourner: elle dite tournante ou courante.
En résumé, le rouet actionne la lanterne qui elle-même, actionne la meule supérieure, cette meule tourne 4 fois
plus vite que la roue.

- les tournants (1 tournant = une paire de meules).
Le grain est écrasé entre les deux meules. Les grains écrasés à l'état brut s'appellent la boulange.
Un tournant est composé de deux meules. La meule inférieure reste immobile (= meule dormante), la meule supérieure
tourne (=meule tournante). Les meules sont recouvertes d'un coffre en bois appelé archure et qui permet de récupérer
la farine. Les meules sont pierre, ont un diamètre de 1,5 à 1,8 m et leur poids dépasse la tonne. Les dessins de la
meule s'usent et il faut régulièrement les retailler (la rhabiller ou la repiquer) afin de continuer à obtenir une
bonne farine. Autrefois cette tâche était exécutée par des ouvriers spécialisés: les picoteurs. Il fallait 2 jours
pour remettre une meule en Ă©tat.
Deux potences permettent au meunier de lever et de retourner la meule supérieure.

- la bluterie oĂą se trouve le blutoir, sorte de grand tambour qui sert Ă  tamiser la farine et qui permet d'obtenir
des farines de qualités différentes.

- le grenier où étaient stockés les sacs de grains. On y trouve également, à même le sol, les trémies où l'on
déverse le grain, les systèmes de poulies qui actionnent les monte-sacs, la chaîne à godets qui remonte la farine
des meules vers le grenier pour aboutir dans la bluterie.


La roue en fer à l'extérieur actionne deux tournants grâce à un axe de transmission, tandis que celle en bois met en
mouvement le tournant servant à moudre les céréales panifiables, un monte-sacs, le blutoir et l'élévateur de
farine.

Fonctionnement.

Les grains sont déversés dans des trémies au niveau du grenier. Un conduit en bois amène ces grains dans une trémie
qui est posée sur l'archure.
Les grains passent dans l'auget par une ouverture dans le fond de la trémie. Au-dessus de l'auget se trouve un aimant
qui sert à attraper au passage tous les petits métaux (clous, etc..). Lorsque la trémie se vide, un système
ingénieux actionne une cloche qui prévient le meunier (un son différent pour chaque trémie).
Les grains pénètrent entre les deux meules par un trou au centre de la meule supérieure: l'oeillard. Les deux meules
sont légèrement écartées afin de permettre l'entrée des grains qui sont écrasés entre les deux meules. Les grains
écrasés, à l'état brut, s'appellent la boulange.
La boulange s'accumule au niveau des rayons de la meule et est entraînée par la force centrifuge vers l'extérieur.
Elle se trouve alors entre les meules et l'archure. Elle est amenée vers les trous de sortie grâce à des pièces en
fer attachées à la meule supérieure.
La boulange est récoltée au rez-de-chaussée où elle tombe dans un conduit en bois dans lequel une vis sans fin
l'entraîne vers des sorties auxquelles on accroche des sacs.

( Hotton, Rue Haute)
            Pages et liens associĂ©s:        11/9/2010: visite (Journ.Patr.)