levisiteur.be: fiche descriptive Page vue 75X   ...
  ...
  ...

Le moulin de Ferrières

      Pages et liens associés
(photos, vidéos, textes ...)
Adresse(s):
Le Moulin de Ferrières , 1, 4190    Ferrières (   Malacord ) (    Ferrières -    Liège -    Wallonie -    Belgique )
Catégorie(s):
   Anciens moulins 
(   Moulins    Bâtiments d'exploitation    Patrimoine artichectural    Patrimoine    Catégories)
.
Informations

( Ferrières, Le Moulin de Ferrières 1)

( Ferrières, Le Moulin de Ferrières 1)
Le moulin de Ferrières est très ancien. Il a subi évidemment des reconstructions, des changements, des
améliorations, des réparations - et combien de fois ? - au cours des temps. Une note que nous possédons - mais non
confirmée - nous dit que "le moulin a été bâti ou rebâti en 1751+ par le maïeur Lembrée, officier de la Cour de
Justice de Ferrières jusqu'à la Révolution française". Qu'il a été rebâti à cette date, nous serions porté à
le croire mais non "bâti" car le moulin a existé bien avant 1754
comme on le verra plus loin.
En tout cas, son architecture est typiquement celle du vieux Ferrières et de la région et en fait une construction
parfaitement intégrée au milieu. A remarquer notamment les heureuses proportions ainsi que le débordement des
toitures sur les façades mais non sur les pignons, l'une des premières règles en l'occurence.
Depuis quand le moulin de Ferrières existe-t-il ? Nous l'ignorons. Mais un record de la seigneurie de My daté du 22
octobre 1425 cite le moulin comme point de repère dans les limites de ladite seigneurie. D'autre part nous trouvons le
moulin cité longuement dans un record de Ferrières du 2 octobre 1459. Il y est dit notamment que le moulin est banal
(c'est-à-dire utilisé obligatoirement par les habitants de la seigneurie moyennant une redevance); que cette
redevance, ou droit de mouture,
était un vingt-deuxième, ce qui n'était pas élevé ; soit, en rapport avec nos mesures actuelles, de 4k500 sur 100k;
par exemple un seizième à Xhignesse, soit 6kg200 sur 100 kg! que si le grain était acheté hors de la maïeurie le
droit n'était plus que de moitie s il était moulu le jour même;
mais s'il passait une nuit chez son propriétaire, ce privilège était annulé - que les habitants devaient comme
corvées : couper et transporter le bois pour toutes les réparations du moulin; effectuer le transport des meules
neuves de Stavelot à Ferrières ; entretenir le bief. Le bois pour les réparations devait être extrait du lieudit
Renierhé situé entre le trou de Ferrières et le Burnontige et qui appartenait à l'aumônier, c'est à dire au
percepteur d'impôts.
Tout ceci c'est l' ancien régime et il nous combien le moulin de Ferrières nous renvoie à des temps très reculés.
Concernant le nom des meuniers qui ont exploité le moulin, nous trouvons seulement sous l'ancien régime, soit vers
1600, un certain Christophe le moulnier (le meunier).
Nous Sommes mieux renseignés dans les temps plus rapprochés.
Avant 1847 et jusqu'en 1859 : François Mossay. Celui-ci avait fourni pour 79 pains en mai et en juin 1847 à M.
Malacord de Grimonster pour les distribuer aux pauvres.
En 1860, nous trouvons un François Gilles. En 1880, Pontier, qui était probablement le beau-père de
François Gilles ; en 1890, Collard.
En 1893, Pierre Fagnoul et ses enfants ; ils étaient en même temps fermiers au Pièri de Ferrières depuis 1882.
Pierre Fagnoul était le grand-père de André Fagnoul de Malacord. En 1913, Antoine Dewèrre du Faweux.
En 1922, Emile Kauffman qui venait du moulin d'Amblève à Aywaille.
En 1931, Edmond 1931, Edmond Kauffman, frère d'Emile.
En 1936, de nouveau Emile Kauffman. A partir de 1960, son fils Edmond.
Le propriétaire actuel du moulin de Ferrières est Fernand Bultot de Sy (beau-frère d'Edmond) qui a
racheté le bien à M.Dupont.
Le bout de la route qui relie la grand-route au moulin date de 1872, peu après la construction de la grand-route.

Auparavant, on se rendait de Ferrières au moulin par "Li Vôye d'Eveu" ou chemin d'Eveu (peut-être
Eveu ou Eveux) . A remarquer que le toponyme “Chemin des Voeux" est une déformation. Le mot "voeu" du français n'a
certainement rien de commun avec le vieux toponymes de nos ancêtres . Eveux ou Eveus pourrait avoir vraisemblablement
comme racine le mot "eau". A rapprocher du lieudit "Inte-z-Eveu" situé à Sy. Il est quelque peu regrettable que la
nouvelle carte de Ferrières, par ailleurs claire et d'aspect très avenant, comporte cette erreur comme elle en compte
d'autres.
Ceci dit sans acrimonie à simple titre indicatif; nous aurons l'occasion d'y revenir .
On remontait ensuite vers Ferrières en longeant la colline; on passait l'eau à gué et on côtoyait le corps de logis
du moulin .
Le moulin est alimenté par le ri du Vieux Pouhon qui dérive ses eaux dans le ruisseau qui porte le nom de Lembrée
depuis l' embourchure de La Logne.
Des cartes-vues du moulin ont parfois porté le titre de "Moulin des sans souci" allusion au fait que l'immeuble a
été à une certaine époque entouré d'un grand nombre de ces fleurs .
N.B. Nos vifs remerciements å André a procuré de nombreux renseignements permettant la rédaction de cette chronique.
Erpe - Le canard 1982


( Ferrières, Le Moulin de Ferrières 1)